Mon histoire avec une femme perverse narcissique

23 octobre 2019

1. Une rencontre pas comme les autres

Année 2006. Célibataire endurci, j'ai tout pour être heureux: une famille, des amis, un travail, un appartement... Il me manque juste l'essentiel: l'amour pour partager ma vie. J'ai eu quelques aventures par le passé, mais rien de vraiment concluant. Je décide alors de prendre ma vie en main et et chercher activement. Asez vite déçu des sites de rencontre à l'époque, je tombe en fin d'année par hasard sur une jeune femme par l'intermédiaire d'un site internet que nous avions conçu avec des amis quelques années auparavant pour rester en contact, lorsque les réseaux sociaux n'étaient alors pas autant développés qu'aujourd'hui.

J'habite dans le Sud de la France, elle dans le Nord. Afin de préserver l'anonymat, je l'appellerai Chlotilde. Chlotilde et moi commeçons par échanger des banalités, puis très vite elle me confie être malheureuse, vivant alors chez son ex petit ami de l'époque, et m'expliquant qu'elle ne peut pas retourner vivre chez ses parents car elle a des difficultés familiales et de locomotion. De fil en aigiuille, une douce et agréable tension s'installe entre nous. Je lui fais rapidement comprendre que si quelque chose devait devenir sérieux, je ne suis pas pour les relations virtuelles et à distance, et que par conséquent nous devrions nous voir rapidement, ce qu'elle accepte avec plaisir.

J'invite donc Chlotilde à venir passer une semaine chez moi. Se disant aventurière, elle saute dans le premier avion que je lui paye pour venir à ma rencontre. Nous passons une semaine merveilleuse, puis Chlotilde repart dans sa région. Elle passe les fêtes avec sa famille, sans oser dire qu'elle m'a rencontré, ni qu'elle est séparée de son ex, qui vient passer les fêtes avec elle. Elle me dit que son père ne comprendrait pas, mais sur le moment je la laisse gérer. Cela me perturbe, mais ne connaissant pas sa famille, je me dis qu'elle saura y faire.

Les fêtes passées, Chlotilde revient passer une semaine chez moi. Elle annonce à sa mère notre liaison, mais lui demande de ne pas en parler à son père. Je ne comprends alors pas pourquoi ce manque de franchise, mais elle me dit que son père a beaucoup souffert lui aussi, et qu'elle veut le préserver. Au bout d'une semaine, Chlotilde me dit ne plus vouloir repartir. Mais elle doit finir une formation et a encore toutes ses affaires chez son ex. Elle l'appelle, et l'impensable se produit: son ex nous propose de venir vivre quelques temps chez lui...

A cette époque je travaille exclusivement en télétravail. C'est rare, pas très répandu, et cela me permet d'être libre dans mes déplacements. Un PC et une connexion internet suffisent. Bien que n'étant pas très à l'aise à l'idée d'aller vivre chez son ex, j'accepte. Commence alors un ménage a 3 qui ne me laisse pas indifférent et qui aura des conséquences des années plus tard, j'aurai l'occasion d'en reparler. Cet ex, que j'appellerai Antoine, se montre au début fort sympathique envers moi, et me met en garde au sujet de Chlotilde. Amoureux, je ne l'écoute pas. Il finit pas se lasser et même se vexer. Au bout de quelques semaines, ce n'est plus vivable, et nous décidons de déménager les affaires de Chlotilde chez moi, traversant la France entière avec un camion.

Chlotilde ne travaille pas, n'a pas de permis, aucune formation après son bac. Elle n'a aucune épargne de côté. Moi, ayant une bonne situation, je suis alors fier de "sauver" cette femme si douce, gentille et attentionnée. En surpoids, elle n'est pas vraiment belle, fume alors que je déteste la cigarette, mais je lui trouve beaucoup de charme, et j'ai bon espoir de l'aider à avancer dans la vie. Le piège ne fait que commencer...

Posté par contre les pn à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

2. Une vie de couple idyllique au début... et surtout chaotique

Dans mon petit appartemment, nous sommes heureux. Il y a bien parfois des tensions, des remarques désobligeantes de Chlotilde, des coups de colère, mais elle m'explique que cela est du à son enfance malheureuse et perturbée. Elle a manqué d'amour, avec une mère qui s'ocuppe plus de sa propre mère que de ses filles, un père effacé, et des soeurs tellement envahissantes que Chlotilde avait le mauvais rôle, celui de la grande soeur responsable et tout le temps punie. C'est pourquoi je lui pardonne beaucoup de choses, et Chlotilde sait se montrer de nouveau très gentille quand il le faut.

Très rapidement, Chlotilde me fait comprendre qu'elle rêve d'avoir un enfant et que je la demande en mariage. Un peu surpris par cette rapidité, je suis très flatté. Après tout, c'est la première fois qu'une femme s'implique autant avec moi! Et j'ai tellement envie de l'aider...

En 2008 Chlotilde trouve un petit travail d'opératrice téléphonique. Très vite elle tombe enceinte, et doit arrêter de travailler car, selon elle, son employeur ne tolère pas qu'elle ait des nausées. Elle passe donc presque toute sa grossesse à la maison. Chlotilde se fait beaucoup servir, est très exigeante. Je mets ça sur le coup de la fatigue et des hormones. On projette néanmoins de nous pacser.

Ce pacs n'aura jamais lieu, car en novembre 2008, nait une petite fille prématurée des suites d'une crise d'éclampsie. Césarienne en urgence, ma fille est alors transférée dans un autre hôpital. Chlotilde ne le supporte pas, et me répètera des années durant qu'elle n'a pas vécu d'accouchement, que c'était un échec total. Pire, alors que je fais la navette entre les deux hôpitaux, que je lui rapporte des photos et des vidéos de notre fille, elle me reproche d'avoir une chance qu'elle n'a pas, et de ne pas être assez présent. La fatigue et les hormones sans doutes, une fois de plus...

En janvier 2009, les parents de Chlotilde viennent passer une semaine chez nous pour voir notre fille. Semaine très tendue. Notre fille, si calme habituellement, ne cesse de pleurer. Un soir nous la laissons chez mes parents et allons dîner dans un restaurant chic pour fêter cet heureux évènement. Les parents de Chlotilde se mettent alors à fabriquer des phalus avec les serviettes en papier, riant très fort, et fiers de montrer leurs trophées aux serveurs et aux clients. Je suis très mal à l'aise, j'ai honte!

L'été suivant, nous décidons de baptiser notre fille, Chlotilde se disant alors très attachée à la religion et aux traditions. A notre grande surprise, une bonne partie de sa famille décide de venir, y compris sa grand mère fort âgée. C'est pouquoi nous décisons finalement de nous marier en même temps. Mariage modeste, baptême réussi. La grand mère, les parents et la plus jeune soeur de Chlotilde passent une semaine chez nous. Au bout de quelques jours, la tension est insupportable. Pour une histoire de chargeur de téléphone égaré par mégarde, mon beau père s'en prend à moi, m'accusant de cacher des choses en douce pour créer des histoires, me prenant par le col et me menaçant avec son poing. Crises de larmes, ma femme et sa mère hystériques lui ordonnent de cesser. Il passera les 3 derniers jours sur le balcon, sans un mot.

Les mois suivent... Nous passons chaque vacances dans la famille de Chlotilde, car sa famille lui manque. C'est elle qui a tout plaqué pour moi, donc je lui dois bien ça. Hors de question d'envisager d'autres vacances. Je découvre alors une famille où tout le monde se jalouse, se cache des choses, se déteste. Nous sympathisons avec des cousins de Chlotilde, qui ont des problèmes avec tout leur village. Je me doute que quelque chose cloche, mais Chlotilde les apprécie.

Une autre fois, nous recevons une de ses tantes et son mari. Ils passent 2 semaines en étant très charmants chez nous. De retour chez eux, le discours change. Ils racontent à qui veut l'entendre que nous les avons mal reçus, vivons salement, et éduquons mal notre enfant. Alors que nous avions même été jusqu'à leur prêter notre lit, pour qu'ils soient mieux installés que dans le canapé. Je sais que cela sort un peu de l'histoire, mais ça démontre un entourage très particulier du côte de Chlotilde.

Malgré tout, nous passons de bons moments... les deux premières années de notre fille.

Posté par contre les pn à 23:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2019

3. Le vrai début de l'enfer

Jusqu'ici, malgré des détails qui me choquent, des crises, des indices troublants, nous vivons ce qui me semble être une vie de famille. Chlotilde ne travaillant pas, nous décidons qu'elle reste au foyer s'occuper de notre fille jusque son entrée en maternelle. Mais début 2011, Chlotilde ne se sent pas très bien. Cela fait un moment qu'elle n'a pas vu sa famille. A ce moment là je ne peux pas prendre de congé, je lui propose alors de lui prendre un billet d'avion pour aller se ressourcer dans sa famille quelques jours, restant travailler et m'occuper de notre fille avec l'aide de mes parents.

Chlotilde part donc voir sa famille dans le Nord. Elle en profite pour faire un détour sur Paris, prétextant voir un ami commun. J'apprendrai un peu plus tard qu'elle l'a effectivement vu, mais qu'elle avait un autre plan en tête.

A son retour de voyage, Chlotilde n'est plus la même. Elle semble absente, peu heureuse de me voir. Je sens un malaise mais ne parviens pas à la faire parler. A force d'insister, elle finit par me dire avoir vu un autre "ami" sur Paris, que je ne connais pas. Cet "ami", que nous appelerons Pierre, est au début un simple ami. Mais son discours n'est pas cohérent. Elle a dormi chez Pierre, elle est très maladroite et mal à l'aise pour me parler de lui. J'insiste encore, et Chlotilde finit par me dire qu'en réalité Pierre ne lui est pas indifférent, mais qu'il ne s'est rien passé. J'apprendrai quelques temps plus tard que ceci est faux... Sous le choc, je lui demande ce qui ne va pas, pourquoi elle ne m'en a pas parlé, et pourquoi elle s'est laissée aller à jouer à un jeu dangereux. Elle me dit alors qu'elle ne sait pas, mais qu'elle ne veut plus entendre parler de Pierre, qu'elle coupe les ponts avec lui, et que jamais plus elle ne recommencera.

Seulement voilà... Si j'avais confiance jusqu'ici, le doute s'installe. Il faut dire que Chlotilde a un comportement différent. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je sens que ça ne va pas et qu'elle ne me dit pas tout. Je décide alors de l'espionner discrètement. A l'époque c'est facile pour moi, Chlotilde discute beaucoup par chat, et ayant des compétences en informatique, je parviens à lire ses discussions. Je découvre alors que Chlotilde entretient une relation avec Pierre depuis plusieurs semaines, qu'elle a couché avec lui, et qu'ils commencent à parler de projets de vie commune!

Un jour, elle laisse sa messagerie ouverte sur son PC. Je découvre alors des emails qu'elle échange avec une connaissance en commun, que nous appelerons Patrick. Elle lui envoie des photos très explicites: dans certaines elle y dévoile sa poitrine, dans d'autres son sexe, le tout dans des positions dignes d'un site pornographique.

Je suis abasourdi... Partagé entre la terreur, la haîne et l'amour, je ne sais comment réagir. Je tente alors de parler calmement à Chlotilde, cherchant à savoir ce qui ne va pas, et essayant de l'amener à me parler, à me dire la vérité et à vider son sac. Mais Chlotilde tient bon. Ne se doutant de rien, elle me promet, me jure en me regardant droit dans les yeux qu'il n'y a plus rien entre Pierre et elle, que je me fais des idées pour rien. Pire, elle commence à me traiter de cinglé et me dit que si je ne lui fais pas confiance, le problème vient de moi. Je continue alors de l'espionner, et voyant que les choses ne vont pas en s'arrangeant, je commence à envisager un divorce et me renseigne auprès d'un avocat.

A la fin de l'été 2011, j'apprend que Pierre doit venir rejoindre Chlotilde chez moi pendant que je travaille. C'en est trop, je ne supporte pas l'idée qu'il entre dans ma maison, ni qu'il couche de nouveau avec elle. Je lui déballe alors que je sais tout, que je suis prêt à divorcer, et que nous règlerons cette histoire au tribunal. Je ne lui parle cependant que de Pierre, pas de Patrick.

A ma grande surprise, Chlotilde s'effondre, m'avoue tout concernant Pierre, tout en se gardant de me parler de Patrick, me prie de l'excuser, me disant qu'elle est perdue, qu'elle ne veut pas me quitter ni briser notre vie de famille, et qu'elle est prête à entammer une thérapie de couple. Un choix cornélien s'offre alors à moi: rompre ou continuer. J'aime encore ma femme, elle est la mère de notre fille de 2 ans... Je lui laisse alors une chance, loin de m'imaginer que j'étais le piégé dans cette histoire.

Chlotilde appelle alors une dernière fois Pierre devant moi pour mettre un terme définitif à leur relation. Elle change de numéro de téléphone. Sans qu'elle m'en parle, ses emails avec Patrick cessent également. Nous suivons donc une thérapie de couple. Chlotilde parvient à nous convaincre, la thérapeute comme moi, que tout ce ceci est lié à son enfance, et qu'elle n'a pas supporté d'être "seule entre 4 murs" pendant 2 ans. Nous trouvons des pistes pour l'aider, et pour tenter de faire repartir notre couple.

Un an après, été 2012, alors que l'orage semble derrière, je tombe en dépression. Un matin, avant de partir au travail, je tombe tout à coup au sol, vidé de toute énergie, et me met à pleurer toutes les larmes de mon corps sans comprendre ce qu'il se passe. Chlotilde m'ordonne alors de ne pas partir travailler et de consulter un médecin. C'est alors que je suis une thérapie pendant 18 mois, sous antidépresseurs. Je remonte à mon enfance, tente de comprendre pouquoi je ne vais pas bien.

La thérapeute de couple n'a rien vu. Ma thérapeute personnelle non plus. Je ne leur en veut pas. J'étais moi même incapable de les mettre sur le moindre indice.

Posté par contre les pn à 00:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

4. Le calme après la tempête

Au bout de 18 mois, je décide d'arrêter les médicaments et la thérapie. Je vais un peu mieux. Chlotilde se montre de nouveau sympathique. Elle retrouve un travail qui ne lui convient pas. Je l'aide alors à trouver une formation diplômante et rémunérée. Mes parents l'aident à passer son permis de conduire et s'offire une première voiture. Chlotilde commence un stage dans une entreprise mais celui-ci se déroule mal. Je lui propose alors de finir son stage au sein de mon entreprise, ce qui lui permet de valider son diplôme.

Puis Chlotilde peine à retrouver du travail. Nous avons des difficultés financières. Elle tente alors de me persuader que la vie dans le Sud est trop chère, et que nous ferions mieux de déménager dans le Nord. Elle m'en persuade tellement, que je me fâche avec mes parents, passe des entretiens dans le Nord, pour au final décider de ne pas déménager. Je ne me rends à ce moment là pas compte qu'elle essaye de me faire couper les ponts avec ma famille et mes amis... Mais inconsciemment je décide de résister.

Chlotilde se met alors à me couper de certains amis. Il y a d'abord une fille avec qui j'avais sympathisé, sans arrière pensée, que Chlotilde m'avait demandé d'ignorer dès le début de notre relation. Et puis plus tard un autre ami, qu'elle humilie et insulte pour ne plus que nous soyons en contact. J'ai la chance d'avoir un groupe d'amis depuis mes études, très soudé, dont tout le monde se connaît. Chlotilde en est jalouse, et tente de semer la zizanie dans ce groupe. Evidemment je ne le sais pas, et des propos me seront rapportés des années plus tard.

Malgré tout, les années passent. Je me sens mal, je n'ai plus goût à rien. Je prends beaucoup de poids, je fais des crises de migraine épouvantables. J'ai de grosses difficultés à dormir. Je vais de médecin en médecin, mes arrêts de travail ne se comptent plus. Je n'ai pas le droit d'avoir une passion, pas le droit de sortir, pas le droit de choisir un film à la télévision. Bien entendu, ce n'est jamais dit de manière directe. Officiellement, je suis libre de faire ce que je veux. Mais chaque fois que je tente de prendre le moindre plaisir pour moi, cela m'est reproché. Et puis Chlotilde a tellement de problèmes... Des problèmes de santé, une fatigue constante, des douleurs dans le dos... Elle ne peut faire quasiment aucune tâche ménagère. Je m'occupe de la cuisine, du ménage, du repassage, des lessives, de changer les draps, de gérer nos comptes, de faire les courses, etc.

En revanche Chlotilde est une formidable inspectrice des travaux finis. Incapable de passer l'aspirateur, elle n'hésite pas à me critiquer chaque fois que je le passe, me traitant de bon à rien, et me disant que si elle pouvait elle le ferait beaucoup mieux. Car Chlotilde fait toujours mieux que tout le monde, du moins en théorie, car en pratique elle ne fait rien. Elle passe sa vie entre le lit, le canapé, la télévision, son téléphone portable et son ordinateur.

Posté par contre les pn à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

5. Un nouvel espoir

C'est ainsi que pendant plusieurs années, nous survivons. D'un côté je m'éteins à petit feu, d'un autre je reprends confiance peu à peu dans ce couple.

Un beau jour, Chlotilde se met à être de nouveau très agréable. Nous retrouvons une belle complicité, elle semble avoir changé! Elle retrouve un travail, nous partons en vacances... Et finissons par parler enfant. Après tout, si tout va bien, que nos ennuis sont derrière nous, pourquoi ne pas envisager un second enfant ? De fil en aiguille, cette idée fait son chemin, et Chlotilde tombe enceinte en 2015. Nous décidons alors d'aller l'annoncer à sa famille qui n'est plus jamais venue nous voir depuis notre mariage. Alors que nous passons le week-end avec ses parents, sa grand-mère et ses soeurs, son père se met à boire, titube, renverse des tables, et s'en prend à tout le monde. Ma fille est terrorisée. Nous finissons la soirée chez l'une des soeurs de Chlotilde, qui nous affirme en vouloir à son père. Le soir même, la mère de Chlotilde nous dit vouloir divorcer.

Le lendemain, changement de cap. La mère de Chlotilde défend son mari et s'en prend à Chlotilde et moi. Ses soeurs ne donnent plus signe de vie. Chlotilde décide alors de rompre les liens avec sa famille. Nous ne les reverrons plus jamais.

La naissance de notre petit garçon se passe bien, il pointe son petit nez en janvier 2016. Nous sommes heureux! Ne voulant pas reproduire les mêmes erreurs, nous décidons de le placer en crèche, pour que Chlotilde puisse continuer de travailler. Je suis alors persuadé que tout ira pour le mieux.

Posté par contre les pn à 00:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

6. Vive le karaoké!

En 2017, Chlotilde se passionne pour le karaoké. Elle découvre surtout une application pour smartphone, permettant de chanter en karaoké tout en partageant sa passion avec d'autres membres d'un réseau social. Cela semble bon enfant au début.

Chlotilde se met alors à chanter, chanter, chanter, et discuter aussi avec des inconnus. Après tout, quel mal peut-il y avoir à parler avec des gens qui ont la même passion ? Ce qui n'était que du chant au départ devient vite plus important: Chlotilde se lance dans des concours, sur internet, passe des castings, rêve de célébrité.

L'été 2017, elle me dit vouloir se faire opérer pour perdre du poids, car elle a des problèmes de santé. Après mûre réflexion, nous prenons rendez-vous avec un excellent chirurgien bariatrique. Chlotilde suit tout le parcours médical nécessaire, et en même temps chante plus que jamais. Elle passe ses soirées à chanter et dialoguer. Je commence alors à me trouver une autre occupation, ce qui lui déplaît fortement.

Au mois de décembre, elle décide de rencontrer des "amis" de ce réseau de karaoké dans la région voisine. La première fois, je la laisse y aller seule, lui faisant confiance. Elle revient enchantée, me promettant de m'y inviter la prochaine fois. Deux semaines plus tard, je l'accompagne pour une soirée karaoké dans un restaurant, faisant alors la connaissance de sous nouveaux "amis". Nous passons Noël. Pour le réveillon de fin d'année, nous invitons tous mes amis, et certains de ses récents amis. La soirée est difficile à gérer: beaucoup trop de monde, Chlotilde restant assise aux côtés des son groupe, je suis seul, aidé de quelques amis, pour tout gérer. Nous passons néanmoins un agréable réveillon.

Deux jours plus tard, Chlotilde me reproche littéralement de l'avoir ignorée toute la soirée, et me dit que ça ne va plus entre nous, que si je ne me reprends pas, elle pourrait envisager de rompre. Je ne comprends alors absolument pas sa réaction.

Quelques jours plus tard, Chlotilde se fait opérer. Je passe la voir tous les jours à l'hôpital. Le jour même, je suis dans sa chambre avant même qu'elle remonte de la salle de réveil. En revanche, le lendemain lorsque j'arrive, il y a déjà du monde dans sa chambre: 3 "amis" de karaoké. Un couple, qui avait passé le réveillon chez nous, et un homme que nous appelerons Kevin. Elle me rappelle que je l'avais vu au mois de décembre au restaurant.

A sa sortie d'hôpital, je prends alors 3 semaines de congés pour m'occuper exclusivement de Chlotilde et des enfants, car elle ne doit faire aucun effort et ne rien porter. Je me dis que ces 3 semaines seront bénéfiques pour nous recentrer sur notre couple...

Posté par contre les pn à 00:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

7. Nouvelle descente aux enfers

Je prends soin de Chlotilde. Je lui prépare des petits repas qu'elle peut avaler facilement après son opération. Je m'occupe entièrement des enfants et de la maison, pour qu'elle se repose. Je suis surpris par sa forme olympique. Elle se remet formidablement bien de son opération. Mais impossible d'avoir la moindre complicité, impossible de parler. Elle passe ses journées à chanter et dialoguer avec son téléphone. Pensant lui faire plaisir, je lui offre un Iphone car elle me dit que c'est mieux qu'Android pour son application. Elle ne me remercie pas, et se vente immédiatement auprès de son réseau social de son nouveau jouet. Cela dit, elle ne s'en servira pas.

Durant ses 3 semaines de convalescence, Chlotilde, pourtant en arrêt maladie, décide de passer un week-end chez "une amie" dans la région voisine. Cette amie est celle qui était venue la voir à l'hôpital. Puis, elle va passer 5 jours avec ce couple et Kevin. Elle ira même à l'étranger. A son retour, elle ne s'en cache pas, et me ramène des chocolats. Ses relevés de compte montrent bien des paiements à l'étranger. Son séjour se termine par une grosse soirée karaoké.

A son retour, alors que son arrêt maladie et mon congé prennent fin, Chlotilde m'annonce la date du prochain "meetup". C'est comme cela qu'elle appelle désormais ses soirées de rencontre et de karaoké. Je lui dit alors que cela me dérange, que j’aimerais que l’on passe plus de temps ensemble. Elle ne comprend pas et se fâche. Elle me dit que son groupe d’amis est sa “bouffée d’oxygène” et qu’elle en a besoin. Je prends de plus en plus peur.

Le soir de la Saint Valentin, je décide de marquer le coup une fois de plus pour tenter de sauver nore couple. Pour lui faire plaisir et lui prouver mes sentiments au bout de 11 ans de vie commune, j’organise un dîner romantique, avec un énorme bouquet de fleurs, ambiance tamisée, etc. C’est à peine si cela semble lui plaire. Sa réponse est “c’est bien la première fois que tu m’organises quelque chose comme ça”. Ni merci, ni je t’aime, ni autre message gentil et affectueux.
Sentant l’urgence de faire le point pour débloquer la situation, je lui propose de partir en week-end. Le soir même, je réserve un hôtel dans le département voisin pour le week-end suivant, pour nous retrouver tous les deux, seul à seul, loin de la maison.

La veille de notre week end, un repas est organisé dans l’école de notre fille. A la fin du repas, je vois que ma femme filme ma fille en train de danser, et envoie les vidéos à ses “amis”. Je ne supporte plus, c’en est trop. Je craque. Je lui dit alors que je vais rentrer à pied sur le champ puisqu’elle préfère ses amis à moi. Pas très délicat j’en conviens, mais je n’en peux plus. Nous rentrons ensemble, fâchés, sans nous parler.

Je passe alors une très mauvaise nuit. Migraine, crise d’angoisse, je ne dors pas. Au réveil de ma femme, elle ne m’adresse pas la parole. L’ambiance est glaciale. Malgré tout, nous partons en week-end comme prévu, sans les enfants.
Arrivés à l’hôtel, nous en profitons pour crever l’abcès et parler en terrain neutre, à tête “reposée” malgré ma fatigue. Après de longs échanges, Chlotilde fini par me dire qu’elle n’a plus les mêmes sentiments envers moi, qu’elle n’est plus heureuse “depuis longtemps”, et qu’elle veut divorcer. Sur le moment je suis dévasté, je ne comprends pas, je propose de trouver d’autres solutions, comme suivre une thérapie pour arranger nos problèmes, traverser cette épreuve et remonter la pente ensemble, mais elle refuse d’en entendre parler, selon elle c’est trop tard.

Le lendemain, après avoir de nouveau très mal dormi, nous reprenons la discussion de la veille: pas d’évolution, Chlotilde ne changera pas sa décision. Nous rentrons et allons chez une amie commune, pour lui faire part de la situation. Dans l’après-midi, nous annonçons la nouvelle à mes parents car nous devions récupérer nos enfants, mais leur laissons pour la nuit.

Après une meilleure nuit, je commence à voir les choses différemment. Le point de vue externe d’un ami m’aide également. Je commence à avoir la conviction que Chlotilde ne me dit pas toute la vérité, que je ne suis pas l’unique raison de cette rupture, et qu’elle est en train de reproduire un schéma que j’ai connu il y a quelques années, en 2011, lorsqu’elle me trompait et qu’elle me mentait, niant tout jusqu’au bout, en rejetant toutes les fautes sur moi pour justifier ses actes. Je ne sais alors pas si elle me trompe, mais le doute s’installe, et si elle ne trompe pas, elle est de toutes manières dans un état psychologique similaire, déconnectée de la réalité. J'en parle à deux amis différents, un homme et une femme. Ils me surprennent alors dans leur clairvoyance envers notre couple.

Posté par contre les pn à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

8. Une étrange cohabitation - partie 1

Cette conviction que Chlotilde me trompe me hante. Je dois savoir. Il en va de ma propre santé psychique. Je vais voir mon médecin, qui m'arrête une semaine. Puis je décide de reprendre ce que j'avais toujours cessé depuis 2011: espionner Chlotilde. Ma technique a changé, car elle n'utilise plus son ordinateur, et ne me laisse aucun accès à son téléphone. Pour des raisons de confidentialité, et parce que Chlotilde ne le sait toujours pas à ce jour, je n'expliquerai pas le procédé.

Chlotilde me dit vouloir nous séparer en bons termes, et me propose un divorce par consentement mutuel. Elle me dit vouloir apaiser les tensions pour nos enfants, que nous devons avant tout rester de bons parents. J'aimerais la croire, mais son discours sonne faux. Je sais qu'elle est capable de jouer un double jeu et qu'elle sait parfaitement mentir.

Quelques heures plus tard, mon "piège" est sans appel: Chlotilde a bien un amant, Kevin. Oui, ce Kevin qui était venu la voir à l'hôpital le lendemain de son intervention. Ce Kevin avec qui elle entretient des échanges depuis plus de 6 mois, mais à ce moment là je ne le sais pas encore. Je le découvrirai plus tard en fouillant les réseaux sociaux.

Le week-end suivant, des amis me proposent de sortir me changer les idées. Chlotilde, la larme à l'oeil, me dit que j'ai de la chance d'avoir de si bons amis, qu'elle au final en a peu, et qu'elle va aller passer ce week-end chez sa copine. Je comprends alors que depuis plusieurs semaines, cette amie lui sert d'alibi pour rejoindre Kevin. Le temps d'emmener ma fille à l'école, Chlotilde change littéralement d'attitude. Toute souriante, elle me parle de son application de Karaoké, me montre des vidéos, fait mine de vouloir avoir une complicité amicale avec moi. Elle part alors prendre une douche pendant que je m'occupe de notre fils. A son retour, elle a de nouveau le visage très fermé. Elle me dit “tu sais si tu ne vas pas bien tu peux me parler à moi aussi, je serai toujours là pour toi quoi qu'il arrive”. C’est affligeant comme elle joue sur plusieurs tableaux et change de personnalité sans s’en rendre compte.

L'après midi, pendant que Chlotilde travaille, un détail me vient à l'esprit. La veille, elle s'était prélassée pendant 1 heure dans le bain, fait assez inhabituel chez elle. Tout à coup j'ai une intuition. Connaissant Chlotilde, et surtout ses intentions réelles pour le week-end à venir, je suis convaincu qu’elle en a profité pour se raser (jambes, maillot, etc.) afin de se faire “belle” pour son amant. Je vais voir dans la salle de bain, et retrouve ma bombe de mousse à raser presque vide, mal refermée, à côté de la baignoire alors que je la range toujours sur l’évier. Ce n’est pas une preuve au sens strict, mais cela suffit pour moi à confirmer mon intuition car je la connais depuis 11 ans…
Chlotilde, après avoir fini son travail, part directement à rejoindre Kevin, sans même passer faire un bisou aux enfants. Je vais chercher les enfants à l’école et la crèche.

A son retour de week-end, je découvre que je n'ai plus accès à son compte bancaire. Chlotilde se fâche, m'accusant d'être responsable de tout ce qui nous arrive, et me dit qu'elle m'a effectivement coupé l'accès par précautions, car elle a peur de moi. Je réalise que notre divorce ne va pas si bien se passer que ça, et qu'elle joue la victime en essayant de me faire passer pour un monstre.

Je décidé alors de prendre des précautions également, et l'empêche de supprimer des documents informatiques nous appartenant à tous les deux. Chlotilde me menace de poursuites juridiques, mais je sais que je suis dans mon droit. Prétextant alors qu'elle ne supporte plus ce climat, elle part manger avec Kevin qui est en déplacement dans la région. Officiellement je ne suis toujours pas censé être au courant qu'elle a une liaison avec lui. C'est "juste un ami"!

Le soir, je l'interroge sur cet "ami". S’en suivent quelques échanges où je me fais traiter de "con" puisque je suis incapable de la comprendre. Je lui fais remarquer qu’elle m’insulte alors que je reste calme et courtois, elle me répond "bah vas-y, note tout, pendant que tu y es, fais-moi passer pour la méchante!". Elle fond alors en larmes, me rappelant une fois de plus que moi au moins j'ai des amis, et m'accuse sans aucune preuve de les éloigner d'elle.

Les jours suivants, nous prenons conseil chacun de notre côté auprès d'avocats. Chlotilde est dans une position délicate: bien que voulant divorcer, elle n'a rien anticipé. Elle vit chez moi, et n'a aucun logement en vue. Elle me dit vouloir faire une demande de logement social, mais que cela peut prendre jusque 3 ans pour être accepté. Ne souhaitant pas entammer une nouvelle dispute, je ne réagis pas tout de suite.

Peu après, Chlotilde cherche à savoir ce que je fais sur mon ordinateur. Je refuse, il ne lui en faut pas plus pour déclencher une dispute. Elle m'insulte, et je lui réponds que désormais je ne supporterai plus aucune insulte. Pour se justifier, elle me dit alors que je lui ai fait bien pire que l'insulter. Elle se met alors à inventer une histoire de viol qui remonte à 2011, lorsque nous avions décidé de nous donner une seconde chance malgré ses égarements. Un viol! S'il y a bien un défaut que je ne risque pas d'avoir, c'est de manquer de respect à une femme! Sur le moment cela me met à terre, Chlotilde le sait. Elle tente par tous les moyens de me faire avouer et reconnaître un acte effroyable que je n'ai jamais commis. C'en est trop pour moi, je le lui dis, et elle part furieuse chez une amie.

Lorsque Chlotilde est de retour, l'ambiance est glaciale. Je lui dis calmement mais fermement "vu les accusations que tu m’a portées ce matin, il est évident que nous ne pouvons plus dormir dans le même lit. Je garde le lit, tu peux prendre le canapé ou le clic-clac dans la chambre de notre fils. Evidemment elle refuse, prétextant que je n’ai pas le droit de la mettre hors du lit conjugal. Elle s’énerve, je reste ferme, campe sur mes positions en disant que je ne veux pas prendre le risque qu’elle interprète le moindre geste de ma part pour du viol désormais, donc elle n’a pas le choix. Elle part furieuse dehors. Puis revient en pleurant: "Pourquoi tu me fais ça ? Moi tout ce que je veux c’est qu’on s’entende bien et tu fais tout pour qu’on se bagarre".

Changement de stratégie de sa part: la victime pleureuse pour m’amadouer. Souhaitant apaiser les tensions, j’accepte de recommencer le dialogue. Elle se dit désolée de toute cette situation, qu’elle n’a jamais voulu porter plainte, qu’elle ne veut pas aller au contentieux, qu’elle veut que tout se passe bien, alors je joue son jeu en disant que moi aussi (stratégie puisque ce sont les conseils de mon avocate), qu’il faut qu’elle comprenne une bonne fois pour toute que je suis pas contre elle, qu’elle arrête ses crises d’hystérie à répétition, qu’elle m’écoute lorsque je lui parle. Je lui demande aussi d’arrêter de s’imposer à tout bout de champ, d’arrêter de me rabaisser sans arrêt, de me critiquer, de me jalouser dès qu’elle en a l’occasion. Sur le moment elle acquiesce.

Dans les jours qui suivent, mon avocate me fait part de ses craintes quant au fait que Chlotilde ne cherche pas de logement. Elle m'incite également à voir avec mon employeur pour changer de service, car je travaille en horaires décalés, et ça serait incompatible avec un mode de garde alternée.

Un soir, Chlotilde me dit qu'elle sort boir un verre avec un ami qui a perdu son père la veille. Cet ami n'est autre que Patrick, celui à qui elle envoyait des photos dénudées en 2011.

Notre fille supporte mal la siuation et pose beaucoup de questions. Je décide de lui proposer de consulter une pédo psychiatre, ce qu'elle accepte volontiers. Elle en ressort enchantée, et souhaite poursuivre les séances.

Chlotilde part une fois de plus en week-end, me laissant seul avec les enfants. A son retour, elle nous montre, à ma fille et moi, des photos: alcool, "herbe", bref un week-end festif et glauque à la fois. Je suis choqué qu'elle nous en fasse part, surtout à ma fille.

Quelques jours plus tard, j'apprends via une amie commune, que Chlotilde a posté sur Facebook un message pour annoncer notre futur divorce. Message dont j'ignore l'existence et que je ne peux pas lire. Je lui fais alors remarquer son manque de délicatesse, ce qui provoque une nouvelle colère de sa part. Elle prétexte m’avoir caché ce message pour ne pas remuer le couteau dans la plaie, et me reproche de créer des problèmes. Ca concerne juste ma vie!

Le lendemain, Chlotilde reçoit une contravention. Elle a été prise en excès de vitesse... dans la ville de Kevin, alors qu'elle n'était pas censée y être! Pas de chances pour elle, je suis là à ce moment là. Elle m'invente alors un mensonge risible, absolument pas crédible.

Le soir, ma fille cherche son pot de Nutella et le retrouve vide. Je sais très bien qui a vidé le pot, car je n'en mange pas, et le niveau a baissé drastiquement quand les enfants étaient chez mes parents. Chlotilde, seule responsable, rejette alors la faute sur la pauvre gamine, lui reprochant de manger en cachette et la traitant de menteuse. Je suis sidéré. Je réalise alors que sa méchanceté ne concerne pas que moi, et que les enfants ne sont pas épargnés.

Le jour suivant, nouveau couac de Chlotilde le matin: elle accuse à tort, sans regarder, notre fille d’avoir frappé son frère. Celle-ci n’a rien fait, j’ai vu la scène. Un peu plus tard, elle va voir une amie qui se sépare de quelques objets.
Pendant ce temps, ma fille se confie à moi. Elle me déchire le coeur. Elle est terriblement remontée contre sa mère, ne comprend pas pourquoi celle-ci ne lui fait pas confiance, n’ose pas dire que sa mère ment, ce qui est clairement le cas, et surtout, m’avoue qu’elle n’en peut plus que sa mère passe sa vie sur son téléphone, et qu’elle a bien changé depuis qu’elle a découvert l’application de karaoké. Je l’invite à noter tout ce qui la blesse et à en parler à la psy la prochaine fois qu’elle la verra. Je la rassure comme je peux, sans directement attaquer sa mère.

Une semaine plus tard, second rendez-vous de ma fille chez sa psychiatre. Celle-ci décide de la tester, et m'annonce que ma fille est surdouée. En avance sur son âge, elle comprend tout, prend les choses très à coeur. J'y reviendrai ultérieurement...

 

Posté par contre les pn à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

9. Une étrange cohabitation - partie 2

L'anniversaire de Chlotilde approche à grand pas. Un soir, je suis avec ma mère au téléphone. Lorsque Chlotilde s'en aperçoit, elle me demande avec qui je suis. Je refuse de lui répondre, elle s'emporte en étant persuadée que j'ai une liaison. Pour elle c'est évident, si je ne veux pas répondre, c'est que j'ai quelqu'un d'autre dans ma vie. Pathétique sachant que c'est elle qui me trompe...

Deux jours avant son anniversaire, pendant que je suis au travail, Chlotilde est au téléphone avec une personne de son réseau. J'apprendrai par cette conversation que notre fille est au courant de sa liaison avec Kevin.

Le lendemain, j'entamme une conversation discrète et subtile avec ma fille. Elle me dit avoir un secret trop lourd à porter, sans pouvoir m'en parler, mais que sa psychiatre est au courant.

Pour son anniversaire, Chlotilde par donc avec notre fille. J'apprendrai plus tard qu'elle dort chez Kevin, ma fille assistant à leurs ébats.

Le lendemain, mon frère m'apprend qu'il divorce également. A son retour de week-end "anniversaire", Chlotilde est mal à l'aise. Elle a peur que notre fille me confie des secrets. Pour preuve, alors qu'elle n'est d'habitude jamais présente lorsque je raconte une histoire à notre fille, Chlotilde s'impose dans sa chambre. Je lui demande alors si je peux avoir un moment seul avec ma fille, Chlotilde s'insurge, mais finit par quitte la pièce. Une fois les enfants couchés, Chlotilde, furieuse, cherche le conflit en me reprochant de l'isoler de sa fille. Je la contre sans vouloir argumenter, ce qui l'agace tellement que, perdant ses moyens, elle finit par m'avouer qu'elle a un amant. Selon elle c'est légitime puisque nous sommes "séparés. Je rappelle juste qu'à ce moment là rien n'est officiel, nous sommes toujours mariés et vivont sous le même toit.

Quelque jours plus tard, Chlotilde prend conseil auprès de son avocat. Elle se met alors à me réclamer une somme astronomique pour la prestation compensatoire. Soirée très difficile, nous finissons par trouver un terrain d'entente, car heureusement je suis bien conseillé par mon avocat.

Une semaine plus tard, Chlotilde m'apprend que Kevin a mis un terme à leur relation. Mon avocat a alors peur que Chlotilde décide de revenir en arrière, et me conseille d'accélérer les choses. Il prend le dossier en main. C'est à ce moment là que je deviens acteur de notre divorce.

Les jours passent... Chlotilde ne cherche pas de nouveau logement. Je décide donc de lui en parler. Elle me dit ne rien trouver dans son budget malgré ses "nombreuses recherches". Je ne l'ai jamais vue chercher quoi que ce soit. Je lui propose alors de l'ider et d'aller voir les agences immobilières, ce qui la met en colère. Très vite, le sujet dévie sur le partage de nos biens en commun. Chlotilde, persuadée d'être au-dessus des lois, tente de me persuader que je dois lui céder la moitié de nos biens, immobiliers comme mobiliers. Hors nous sommes mariés sous le régime de la séparation de biens. Lorsque je le lui fais remarquer, et qu'elle réalise qu'elle ne pourra pas avoir ce qu'elle souhaite, elle me menace de demander la garde exclusive des enfants devant un juge.  Je lui fais alors remarquer ses menances, quand je lui expose simplement les faits contractuels, et lui dit qu'elle ne me fait absolument pas peur (même si je suis très inquiet en réalité). Elle se met alors à fondre en larmes, m'accusant d'être contre elle.

Mon avocat et moi même comprenons alors que Chlotilde n'a absolument pas l'intention de trouver un nouveau logement. Dans les faits, la maison m'appartient, Chlotilde n'ayant jamais investit le moindre centime. Le contrat de mariage me protège financièrement. Mais je ne peux officiellement pas mettre Chlotilde "dehors". Mon avocat, qui me conseille toujours de divorcer au plus vite, me suggère alors de lui proposer une carotte financière lors de son départ, déductible de la prestation compensatoire, et des pénalités si elle persiste à rester chez moi après le divorce. Même si cela met Chlotilde en colère, elle n'a guère le choix, et son avocat ne la défend pas sur ce point.

Posté par contre les pn à 15:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2020

10. Le divorce

C'est ainsi que nous finissons par divorcer. Deux jours après la signature, Chlotilde trouve un logement. J'ai peur à ce moment là qu'elle n'emporte des affaires sans mon accord. En effet, elle a les clés de son appartement, et encore les clés de ma maison. De plus, je suis absent en journée. Mon avocat me dit alors que je suis en droit de changer les serrures, puisque Chlotilde a un autre logement, ce que je peux prouver car j'ai une copie de son bail.

Le week-end qui suit, au lieu d'emménager, Chlotilde part dans un hôtel avec son nouveau petit ami, que nous appellerons "n°2" car c'est son deuxième depuis notre rupture, et qu'il y en aura d'autres. Pendant ce temps, je remarque la disparition de deux objets importants. Cela confirme mes craintes de "vol", même si le vol entre époux n'existe pas aux yeux de la loi. Je change donc les serrures.

A son retour de week-end, Chlotilde tente tout naturellement de "rentrer à la maison". Je lui fais alors comprendre qu'elle ne peut plus habiter chez moi, et que désormais elle dormira à sa nouvelle adresse. Folle de rage, Chlotilde quitte les lieux, fonce avec sa voiture la portière ouverte, et refuse de me rendre son jeu de clés qui ne fonctionne plus.

Le lendemain, conseillé par mon avocat, je dépose une main courante, Chlotilde en fera de même. Ayant encore des affaires lui appartenant, je l'autorise à venir les récupérer en ma présence, le soir après le travail. Pendant que nous trions nos affaires, elle me reparle des affaires "disparues", m'accusant d'avoir monté ce stratagème contre elle, pour la "mettre dehors". Devant tant d'accusations mensongères, le ton monte. Elle devient hystérique, m'ordonnant de "ramper à ses pieds". Elle cherche à me pousser à bout pour que je la violente. Refusant de rentrer dans son jeu, je la menace d'appeler la police. Elle ne se calme pas et continue d'hurler, malgré la présence de nos enfants. Je décide donc d'appeler les forces de l'ordre.

Deux policiers arrivent, et après discussion, invitent Chlotilde à regagner son appartement. Ma fille réalise alors que je suis dans mon droit, qu'elle n'a pas à avoir peur de la police, et que sa mère ne peut pas gagner à tous les coups.

Les jours passent... le divorce est prononcé... et Chlotilde tarde à récupérer ses affaires. Je décide alors de lui envoyer un message lui sommant de venir les récupérer, ne pouvant les stocker plus longtemps. Elle me reproche alors de ne pas tout lui rendre, sans pouvoir justifier de quoi que ce soit. Je lui fais alors remarquer qu'elle a officiellement reconnue avoir récupéré ses affaires personnelles, dans un document qu'elle a signé lors du divorce. Mais Chlotilde veut à tout prix entrer dans la maison pour "vérifier". Je refuse. Chlotilde appelle les forces de l'ordre pour se plaindre, mais celles-ci ne se déplaceront pas, lui expliquant que je suis dans mon plein droit. Chlotilde repart furieuse et pleine d'insultes.

Un peu plus tard, j'apprendrai que j'ai été trompé dès le début de notre relation. Quand nous avions cohabité avec son ex de l'époque, Antoine, ils ont couché ensemble...

Posté par contre les pn à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11. La découverte de la perversion narcissique et de la douance

Depuis quelques semaines, une question me hante: "Pourquoi ?"

Je sais très bien que la réponse ne viendra jamais de Chlotilde, puisqu'elle est dans le déni total. Un jour, dans une conversation avec un collègue qui ne l'a jamais connue, celui-ci me pose des questions sur Chlotilde, dans lesquelles je dois répondre par "oui" ou "non". Je suis sidéré de répondre par "oui" à toutes ses questions. Je lui demande s'il connaît Chlotilde, il m'assure que non, et me demande à son tour si j'ai déjà entendu parler de perversion narcissique. J'avais certes vaguement entendu parler de ça, comme un "effet de mode", sans plus y prêter attention. Je réalise alors que ce collègue a vécu la même chose quelques années auparavant.

Je décide donc d'en apprendre plus. Je me renseigne sur internet. J'y trouve des vidéos sur la perversion narcissique, et des tests pour évaluer si notre partenaire entre dans cette catégorie. Les résultats son affligeants. Ayant un esprit très critique, je me renseigne sur d'autres pathologies, comme l'hystérie, la bipolarité, etc. Mais ce sont les caractéristiques du pervers narcissique qui reviennent en permanence. Je finis par en parler à ma psychiatre, sans dévoiler ma déduction, qui me confirme que selon mes dire, elle pense que Chlotilde a des tendances à la psychopatie, ce qui est très similaire à la perversion narcissique.

A force de lire des articles, regarder des vidéos, parler avec des spécialistes, je réponds donc à la question "pourquoi Chlotilde se comporte comme ça". Mais une autre question à laquelle je ne pensais pas au début me vient à l'esprit: "pouquoi moi ?"

La pédo psychiatre de ma fille, très perspicace, décide un jour de lui faire passer un test de QI, qu'elle renouvellera quelques mois plus tard. Les résultats sont sans appel: ma fille est surdouée. Dotée d'une grande intelligence émotionnelle, elle a également la maturité d'une jeune adulte de 18 ans à l'âge de 10 ans. Surpris d'entendre cela, je décide d'approfondir le sujet. J'avais beaucoup d'idées reçues, pensant que les surdoués étaient des gens à part, avec d'excellents résultats scolaires. La vérité sur la douance, précocité, etc. est toute autre. Je passe alors également un test de QI, également sans appel. Mais je découvre aussi ma personnalité atypique depuis mon enfance, doté d'une grande empathie et d'un énorme manque de confiance en moi.

J'apprends par la suite que des couples entre une personne pervers narcissique et une personne surdouée sont fréquents. En effet, plus les gens sont capables d'empathie, plus ils sont des proies faciles. Je comprends alors tout de notre précédente relation, de son début jusque sa fin. Tout devient clair, logique. J'ai traversé toutes les phases de la manipulation, de la séduction jusque la destruction.

Posté par contre les pn à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12. Vers une nouvelle vie

Ces étapes de compréhension et de remise en questions furent essentielles à ma reconstruction. Avec le temps, j'apprend à me reconnecter avec moi même, a réapprendre à avoir des envies, des passions, sans avoir à me justifier, sans craindre de réflexion blessante.

Aujourd'hui, je suis de nouveau en couple. Etonnament, rencontrer une nouvelle peronne fut bien plus facile que je ne l'imaginais. En revanche, alors que j'étais convaincu d'avoir fait le tour de la question avec cet énorme travail personnel, je me rends compte que les blessures inconscientes sont encore là, bien plus profondes et sournoises que je ne l'imaginais. J'ai souvent des réflèxes douleur, qui me ramènent à ce passé douloureux. J'ai la chance d'avoir une partenaire très compréhensive, et chaque jour qui passe est un pas de plus vers une vie meilleure, loin de tous ces tracas.

Je ne peux malheureusement pas couper les ponts avec Chlotilde, car elle reste la mère de mes enfants. Nos échanges se font rares, parfois chaotiques. J'ai appris à maîtriser mes émotions face à elle, à rester de marbre et ne plus en avoir peur. Cela m'aide beaucoup de la considérer comme une enfant capricieuse.

On ne sort pas indemne de ce genre de relation. Pour autant, il y a du positif. Je ne suis plus aussi timide qu'avant, j'ai pris beaucoup de confiance en moi, j'accepte de m'aimer. Je sais aussi que les personnes malveillantes existent, hommes comme femmes. Fort heureusement les bonnes personnes existent également. Nos écoles ne nous apprennent pas à faire la part des choses, à détecter des comportements anormaux. On nous enseigne l'altruisme. On nous dit qu'il est bien de penser aux autres avant de penser à soi. Mais on ne nous met pas en garde contre les personnes qui en profitent.

Je suis de plus en plus heureux chaque jour. La perversion narcissique fait partie de mon histoire. Grâce aux médias et à internet, on en parle de plus en plus. Il est temps de faire tomber les tabous, surtout concernant le violence des femmes envers les hommes. Tous n'ont pas la chance d'en sortir. Je suis évidemment également contre les violences faites aux femmes. Toute violence conjugale, psychologique et/ou physique devrait être prise en charge avec le plus grand sérieux. La perversion narcissique n'est pas un effet de mode, c'est une réalité. On peut en sortir et éviter de se faire manipuler. La vie est belle sans ces personnes qu'on ne peut guérir!

Posté par contre les pn à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2020

13. Bilan

Je n'ai évidemment pas pu raconter tous les détails dans ce blog. Il est très difficile de certifier si Chlotilde est une manipulatrice perverse narcissique. J'ai longtemps hésité, et si aujourd'hui j'en ai la certitude, c'est parce que j'ai pris le temps de me renseigner sur cette "pathologie", et sur d'autres troubles psychiatriques. J'ai échangé avec des spécialistes.

Isabelle Nazare-Aga écrit sur son site Les 30 caractéristiques du manipulateur. Les voici:


 

1. Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle.

=> Chlotilde culpabilise systématiquement les autres, moi, les enfants, nos amis. Elle justifie ses reproches en donnant des leçons de bonne conduite qu'elle ne s'applique pas à elle même.



2. Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes.

=> Chlotilde n'assume rien, jamais elle ne se remet en question. Si elle ne peut pas tenir une promessse, ce qui est souvent le cas, ça n'est jamais de sa faute. Il y a toujours un responsable extérieur.



3. Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions.

=> Chlotilde est incapable d'avoir un discours clair, précis. Ses phrases ambigües sont souvent une occasion par la suite de reprocher aux autres de l'avoir mal comprise.



4. Il répond très souvent de façon floue.

=> Cela rejoint le point précédent.



5. Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.

=> C'est ce qui m'a le plus marqué pendant notre phase de séparation. Chlotilde est capable de changer d'attitude en une fraction de secondes, montrant des émotions totalement opposées en fonction de son entourage. Par exemple, elle pouvait s'afficher très triste ou en colère devant moi, et se mettre à rire aux éclats ou charmer une autre personne 15 secondes après que je sois parti.



6. Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.

=> Chlotilde est une experte pour "embrouiller" le cerveau des gens. Même dans ses demandes les plus insolites, elle trouve toujours des moyens de se justifier afin de convaincre qu'il n'y a pas d'autre solution.



7. Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils ne doivent jamais changer d’avis, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions.

=> Non seulement ça, mais les autres ne sont jamais assez parfaits pour elle. C'est une éternelle insatisfaite.



8. Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.

=> Combien de fois je me suis senti rabaissé! Pas assez bien à son égard, j'ai perdu toute confiance en moi et tout goût à des activités pour moi.



9. Il fait faire ses messages par autrui.

=> Chlotilde s'arrange en effet pour faire passer les messages par les autres, les enfants, les amisn la famille. Ainsi il lui est facile d'affirmer après coup qu'elle n'a jamais dit telle chose, et que ses propops ont été déformés.



10. Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner.

=> Ca, je m'en suis fortement rendu compte après notre divorce. Beaucoup de langues se sont déliées parmi nos amis. Chlotilde a tenté de briser des relations amicales en invantant de toute pièce des réflexions déplacées entre les personnes. Elle m'a également fait perdre plusieurs amis qui ne rentraient pas dans son jeu.



11. Il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne.

=> Chlotilde a toujours quelque chose qui ne va pas, et de bonnes raisons de se plaindre. Enfance malheureuse, soucis de santé, fatigue, et j'en passe. Elle se fait toujours servir, mais c'est normal la pauvre, elle a tellement de problèmes...



12. Il ignore les demandes même s’il dit s’en occuper.

=> Chlotilde peut semble très altruiste, à l'écoute, surtout au début d'une relation. Mais en 11 ans de vie commune, je peux compter sur les doigts d'une seule main les occasions où elle a réellement accédé à une demande de ma part. Des promesses non tenues en revanche, il y en a eu par centaines. Et lorsqu'elle accepte de répondre à une demande, c'est par intérêt, qu'elle fait payer très cher par la suite.



13. Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins.

=> Chlotilde est un caméléon. Elle sait s'adapter à son public, trouver les points sensibles chez les gens, et s'en servir pour justifier ses demandes.



14. Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert.

=> Chlotilde a réussi à instaurer un véritable climat de peur. Une peur profonde, réactionnelle, irrationnelle. Même si consciemment on sait qu'on ne risque pas grand chose, au pire de la colère et des insultes, cette peur nous paralyse. Je ne suis pas la seule victime. Ma fille en souffre énormément, et comme je ne suis pas le mieux placé pour l'aider, c'est une psychiatre qui s'en charge. Elle aussi a bien cerné le profil de Chlotilde.



15. Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.

=> Quelle conversation ? Je n'ai pas souvenir de véritable conversation seraine dès que cela contrarie Chlotilde.



16. Il évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.

=> Je ne peux pas vraiment répondre sur ce point, car ce n'est pas dans le milieu professionnel. Toutefois, Chlotilde est plutôt du genre à tenir tête, en changeant d'attitude, de stratégie, jusqu'à ce que l'on cède.



17. Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire en sa supériorité.

=> Chlotilde est très convaincante dans ce domaine. Charismatique, elle sait parfaitement "faire semblant" en copiant les autres, faisant croire qu'elle est experte dans plusieurs domaines.



18. Il ment.

=> C'est simple: Chlotilde ment en permanence. Même lorsqu'elle n'a aucun intérêt à le faire. C'est plus fort qu'elle. Et ça, j'en ai eu des preuves à de maintes reprises. Elle sait parfaitement mentir en regardant les gens droit dans les yeux.



19. Il prêche le faux pour savoir le vrai.

=> Un exemple: Chlotilde m'a déjà reproché d'être infidèle sans aucune preuve, pour tenter de justifier ses nombreux écarts de conduite à ce niveau. Elle n'a pas de preuve car ça n'est jamais arrivé. Ajourd'hui elle a ce comportement avec les enfants. Elle leur fait des reproches injustifiés, leur ment à mon sujet pour tenter d'obtenir des informations.



20. Il est égocentrique.

=> C'est peu dire. Chlotilde rêve de célébrité. Elle a souvent passé des castings TV, et via son application sociale de karaoké, elle se prend pour une grande chanteuse, capable de juger les autres et leur prodiguer des conseils experts. Elle fait très attention à son image. Tout lui es du.



21. Il peut être jaloux.

=> Un jour, lors d'un enterrement de vie pour un mariage, j'ai osé regarder une fille qui faisait un spectacle de danse du ventre. Cela m'a été reproché pendant des mois. Chlotilde m'a également fait couper les ponts avec une amie, qu'elle n'a jamais vue, de peur qu'il se passe "quelque chose". Une autre fois, j'étais allé voir un spectacle avec une personne de ma famille. Chlotilde a insinué que nous avions une relation et me l'a très longtemps reproché. J'ai beaucoup d'autres exemples en réserve...



22. Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.

=> Critiquer Chlotilde, c'est comme se lancer dans un Marathon sans entraînement. On ne peut pas gagner. Et même si l'on peut prouver qu'elle a tort, elle s'en sort toujours en justifiant l'injustifiable, en vous faisant douter de votre propre idée initiale.



23. Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.

=> C'est évident, je le vois surtout avec les enfants. Chlotilde ne les écoute pas, n'est pas attentive. Lorsqu'elle leur offre des cadeaux, ce ne sont pas ceux que les enfants souhaitent. Les rares fois où elle donne un peu d'argent de poche à notre fille, c'est pour lui reprendre sous un prétexte qu'elle fait passer pour une évidence. De manière plus générale, les autres sont là pour la servir, l'inverse est inenvisageable.



24. Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui.

=> Chlotilde est impulsive. En couple, nous n'avons jamais pu planifier quoi que ce soit, nous organiser sur le long terme. Elle change tout le temps d'avis, et impose souvent ses désirs au dernier moment, prête à se mettre en colère si elle n'obtient pas de satisfaction immédiate.



25. Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé.

=> Quand je cite l'exemple du parent délégué à l'école, ça répond en partie à ce point. Elle peut sembler avoir de bonnes idées, une ligne de conduite, mais dans les faits elle ne réalise que ce qui lui plaît.



26. Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous.

=> Au début de la relation, c'est certain. Ensuite il y a eu un moment quand elle s'est remise aux petits soins pour moi: quand elle a failli me perdre en 2011, élément qu'elle n'avait pas envisagé.



27. Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté.

=> Je l'ai déjà évoqué. J'avais fini par ne plus avoir goût à rien, ne plus oser avoir d'envie. Je ne vivais plus pour moi, mais uniquement pour elle.



28. Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.

=> Hélas oui, quelque soit "autrui". Je connais plusieurs personnes victimes de ses agissements.



29. Il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas fait de notre propre gré.

=> Oui, et la pudeur m'empêche de citer des exemples. C'est encore trop douloureux.



30. Il fait constamment l’objet des conversations, même quand il n’est pas là.

=> C'est flagrant. Ce témoignage en est un exemple...


 

 

A part le point n°16, tout colle parfaitement à Chlotilde. Cela fait donc 29/30.

Posté par contre les pn à 08:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]